Biodiversité

La biodiversité dans nos forêts de Saint-Germain-en-Laye et de Marly

 

Un champignon, la pézize écarlateSavez-vous que la forêt est un réservoir unique d’êtres vivants qui héberge une part importante et originale de la biodiversité : 60 % des mammifères et 40 % des oiseaux nicheurs y vivent, 40 espèces de reptiles et d’amphibiens fréquentent nos forêts, et les mousses, lichens, champignons et insectes sont des espèces typiquement forestières.

 

Or la biodiversité est menacée comme en témoignent quelques exemples proches de nous : le tiers des mammifères et 10 % des oiseaux nicheurs sont menacés d’extinction en France, les oiseaux des milieux agricoles ont vu également leur population baisser d’un quart en 12 ans ; quant aux reptiles et aux amphibiens, bien représentés en forêt française avec 40 espèces chacun, ils sont particulièrement en danger, comme le montrent des études indiquant qu’un tiers des amphibiens risque de disparaître au niveau mondial.

 

 

Le bouvreuil pivoineNos forêts sont soumises aux mêmes phénomènes : le bouvreuil pivoine, la pie-grièche, et chez les rapaces, la bondrée apivore et le faucon hobereau sont devenus rares, alors qu’on les rencontrait fréquemment ; à l’inverse, on constate, depuis la baisse du niveau des eaux à l’étang du Corra, l’arrivée de limicoles, dont le petit gravelot, observé lors de la dernière sortie de notre association, qui se nourrit sur les bandes de terre qui émergent maintenant, mais ce n’est que la conséquence d’intervention humaine ; doit-on s’en réjouir ?

 

Le Conseil d’Administration de notre association a pris la mesure de cet enjeu concernant la biodiversité et a souhaité communiquer sur ce thème : c’est la raison qui nous a poussés à confectionner 8 fiches conseil.

 

 

Renard roux dans la neigeCes fiches conseil ont pour objet de décrire les menaces qui pèsent sur nos forêts de Saint-Germain et de Marly qui ont la caractéristique d’être environnées par un habitat dense et donc d’être très fréquentées : les dangers concernent la fragmentation contre laquelle nous nous battons depuis la création de notre association et le piétinement trop intense et irréfléchi de certains utilisateurs.

 

 

 

Bois mort et schizophylle communNous insistons sur l’utilité du bois mort dans la forêt comme réservoir du vivant, sur la protection des zones humides par essence fragiles, et sur le rôle irremplaçable des champignons sans lesquels nos beaux chênes seraient chétifs.

 

Nous nous adressons également aux nombreux promeneurs pour leur indiquer les « bonnes pratiques écologiques » en matière de cueillette de champignons, d’observation de la faune, d’examen de la flore etc.

 

 

Nous faisons enfin des propositions en matière de gestion forestière et d’utilisation d’engins lourds pour l’exploitation du bois afin que des pratiques de gestion douce soient mises en œuvre par les forestiers publics ou privés.

 

- Informations légales - Plan du site -